Garçon, l’addition s’il vous plait !

27 mai 2020

Quotidien

IMG_1899

Pascal au bistrot. Barman dans un café parisien (1993)

 

J’aime mon bistrot, mon resto

Les troquets, les restos, les débits de boissons sont en rade, ça trinque sec dans le secteur de la restauration, de l’hôtellerie.

La note va être salée pour les exploitants, voire indigeste, insurmontable. Un projet de vie au tapis, mort à crédit ou presque.

La force et le courage pour les gérants, la solidarité des clients fera le reste.

Comment se relever sans trinquer ? Le bar du coin est dans la tourmente, dans le tourbillon de la vie.

Les comptoirs sans brèves, un brassage de gens au goût de café amer, une amertume qui va coûter beaucoup de thune. 

Les brasseries, les restos, un dernier drive pour la route, coûte que coûte qu’il disait le Monsieur d’en haut.

Combien ça coûte de remonter la pente, l’envie, les crédits, le personnel ? Le plat est indigeste et chargé d’émotion, d’incompréhension, de solitude.

Le petit remontant n’a pas de prix, c’est cul sec qu’ils avalent des couleuvres.

Le Covid a fait le vide. La main au panier va être lourde pour se remettre en selle, la couleur menthe à l’eau sur le zinc a le cœur grenadine.

Le Get 27 a pilé, stoppé du jour au lendemain, a pris le bouillon dans le verre ballon.  Le menu des jours sans faim est complet, les restaurateurs, bistrotiers dans le port de l’angoisse,  à quai, sans filet pour affronter cette catastrophe sanitaire.

Le lien social, le mélange des genres, le reflet de nos quartiers, le sang de la vigne ne demandent qu’à couler autour d’un plat à déguster.

Toute honte bue

Les assurances assurent leurs arrières sans risques, coûte que coûte. Les assureurs, les évadés de la crise qui se cachent dans les fourrés des guichets aux verres fumés, surtout ne pas assumer leur part face au désastre. Toute honte bue, payer, toujours payer, sans rien donner.

La mise en bière a assez duré pour nos cafés, nos restos.

La réouverture ne fera pas oublier l’onde de choc, la facture lourde à porter.

Nous attendons la tournée générale du président, le pourboire du grand patron.

Garçon, l’addition s’il vous plait, c’est lui qui régale.  

 

Ce qui nous lie sur Chevigny : à la réouverture des restaurants, des bars, la meilleure façon de les aider c’est d’y aller.

P. M

Page Facebook dans le désordre des cafés, bars, restaurants, brasseries sur Chevigny ↓↓

https://www.facebook.com/lepetitbistrotdechevigny/

https://www.facebook.com/CHEVIGNYSAINTSAUVEUR21/

http://www.pizzeria-restaurant-fcj.fr/

https://www.facebook.com/MBEERBAR/

https://www.facebook.com/restaurantlesbastides/

https://www.facebook.com/pizzachevigny/

, , , , , , , ,

À propos de chevigny saint sauveur autrement

Voir tous les articles de chevigny saint sauveur autrement

6 Réponses à “Garçon, l’addition s’il vous plait !”

  1. BRUNO Dit :

    SANS LES BISTROTS SAUTET N AURAIT PAS TOURNE GRAND CHOSE

    Répondre

  2. chevigny saint sauveur autrement Dit :

    Avant de l’écaler On tapait l’oeuf au coin du zinc

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus