Vivre avec la sclérose en plaques

1 février 2020

Quotidien

69535812_10217393855090603_6073636952626692096_n

Géraldine Montégut atteinte de la sclérose en plaques, pas de sursis, tu prends perpette.

Je vous présente Géraldine Montégut, une femme atteinte de la sclérose en plaques, une maladie décelée à l’aube de ses 26 ans en 1995.

Les symptômes sont multiples et sournois, engourdissement d’un membre, perte de la sensibilité d’une main d’une jambe, ou les deux,  c’est au choix, troubles de la vision et des mouvements, mal de dos avec sensations d’une décharge électrique, etc…  J’en passe et des meilleurs, c’est la chandeleur.

Vous me direz, elle part avec un handicap, ça fait lourd à porter pour un petit bout de femme, eh bien non, Géraldine a continué sa vie contre vents et «poussées*», se relevant après chaque réveil de la maladie, 25 ans de combat contre la douleur de son corps, pas de trêve pour la fluette Chevignoise, une attitude positive et optimiste, aucune plainte, ni démonstration, ni d’angoisse dans son logiciel, le virus est en elle mais c’est la vie qui est son pare-feu.

La grossesse et la naissance de sa fille Sarah, sera le médicament, sa défense, 2 ans et demi sans poussée, c’est à prendre, un antidote qui a presque fait oublier la SEP. Géraldine vit sa sclérose en plaques à la cadence des poussées plus ou moins aggravantes,  une par an c’est le tarif,  hospitalisation, perfusion de Cortisone…La maladie attaque à n’importe quel moment, endroit, pas de sursis, tu prends perpette.

Dans son parcours médical elle est un peu seule, pas vraiment de réponse à ses questions, ses interrogations, pas de traitement de fond.

Le destin, une rencontre va changer la donne. Le professeur Dijonnais Thibault Moreau rentre en scène, un acteur étoilé, un spécialiste de la SEP qui va reprendre la situation médicale de Géraldine, il y a du boulot, on repart à zéro. Le professeur Moreau est un cadeau, un accompagnement, une orientation au petit soin de 2003 à ce jour sur les différents traitements à suivre, faire le bon choix pour repousser l’évolution de la SEP.

Le résultat est plus que bénéfique, un peu magique, la «potion» fait son action dans le système nerveux, le message passe et balaye la mauvaise graine. Géraldine est en équilibre, sur le fil, un exercice de balancier, son quotidien, vivre avec la sclérose en plaques, ne rien lâcher pour ne pas tomber.

P. M

 

*Le plus souvent, la sclérose en plaques évolue par poussées, au cours desquelles les symptômes réapparaissent ou de nouveaux symptômes surviennent. Au bout de quelques années, les poussées laissent des séquelles (symptômes permanents) qui peuvent devenir très invalidantes. La maladie peut en effet porter atteinte à de nombreuses fonctions : le contrôle des mouvements, la perception sensorielle, la mémoire, la parole, etc.

, , ,

À propos de chevigny saint sauveur autrement

Voir tous les articles de chevigny saint sauveur autrement

4 Réponses à “Vivre avec la sclérose en plaques”

  1. Vero Dit :

    Comme tu t’en doute, cet article me touche beaucoup. Merci pour elle. ❤️

    Répondre

  2. Lebeuf Dit :

    Je souhaite beaucoup de courage à Géraldine je lis cet article et je vois que cette personne est très courageuse c’est vrai dans la vie la maladie nous guette à tout moment
    Connaissant une personne atteinte par cette maladie et qui se bat aussi. Beaucoup de courage Géraldine à vous et à tout ceux qui souffrent que ce soit la sclérose où autres ….cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus