Les hommes de l’ombre sous les feux des projecteurs

29 octobre 2019

Quotidien

Dijon fait son cinéma avec le tournage « Le sens de la famille », un film de Jean-Patrick Benes tourné aux 4 coins de la ville jusqu’au 31/10, avec dans les rôles principaux, une fille et un gars, Alexandra Lamy et Frank Dubosc, (notre Patrick Chirac made in Dijon au volant d’une R 21 dans le film Camping, le king de la pinède).

La capitale des ducs sous les feux des projecteurs, mais entre nous l’acteur principal c’est l’équipe technique, les hommes de l’ombre, ceux qui arrivent les premiers sur les décors pour valoriser une scène, le scénario, les comédiens.

Votre serviteur ancien Régisseur  (Navarro, Nestor Burma, La dernière Séance et autres séries, je vois bien de quoi  je vais parler, ou pas ! )

Petit focus sur les électros et machinos, les techniciens lumineux des plateaux.

IMG_0219

 Electros  : il en faut des électros, des watts, pour éclairer une scène surtout sous le soleil, des projos comme on dit, des projecteurs en kilos. Pour exemple sur cette configuration, location des ciseaux élévateurs, des projos, des armoires, des câbles, des lignes, des gélatines, des accessoires. des camions, des solutions.

Film, Le sens de la famille

 

IMG_0221

Des projos à l’extérieur pour éclairer l’intérieur

Des projos à l’extérieur vous me direz, on éclaire de l’extérieur à travers les vitres pour éclairer l’intérieur, histoire de rattraper la luminosité du soleil, la lumière du jour et de pouvoir équilibrer la température avec les projos de l’intérieur. A vue de nez il y a au moins 70 KW de puissance, une belle source.

Groupman et son groupe électrogène

IMG_0223

Le groupe et sa terre

Pour éclairer tout ce petit monde il faut des spécialistes, qu’on appelle, Groupman ou groupiste,  son rôle,  arriver avec son groupe électrogène avec la puissance nécessaire pour permettre aux électros de brancher leurs projos  en toute sécurité. Le groupman tisse sa toile avec des lignes au plus près des décors avec des coffrets et boîtiers électriques. Une prise de risque qu’il faut savoir relier à la terre. (voir photo)

Camion machino, caméra

IMG_0224

Le camion machino, du clap de début à la fin

La machinerie Française, un art en la matière, les pros du rail, du travelling, les champions du mouvement, du pratos au plancher tout est à niveau, camion bien rangé, un établi sur roue, une ébénisterie. Les astucieux minutieux de la mécanique numérique, de la camera aux optiques pas de panique. Rouleaux de Gaffer en bandoulière, ils savent prendre les marques.

Le machino, moteur d’un film, qui déroule son histoire sans se faire voir. Clap du début à la fin sans César.

P.M

, , ,

À propos de chevigny saint sauveur autrement

Voir tous les articles de chevigny saint sauveur autrement

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus