Le dernier métro

15 juin 2018

Quotidien

 

Ouh là, 20 ans déjà. Pas de coupe du monde pour toi.

Le match s’est terminé sans le commencer sur les quais du métropolitain, station Montparnasse Bienvenüe, arrêt du wagon. Un départ sans arrivée, un ticket pour l’espace, l’éternité.

 

Tu partais pour dire adieu à ta mère, direction Lot-et-Garonne, enterrer ta daronne, ta maman.

Un arrêt en plein « cœur» de Paris t’a fauché, tu n’as pas quitté la capitale, resté à quai pour de vrai, ton dernier métro.

A l’aube de l’été sans fin je suis resté abandonné, famille décomposée, 2 décès en 3 jours ça faisait lourd à porter.

20 ans déjà, il était un père, il est toujours là, près de moi, un enfant dans le monde des grands, parti à 54 ans.

Dans ton 2 pièces HLM, ton écrin de banlieue à Bagnolet, c’était ton pré-carré. Ton dernier étage, vue sur la cité 93.

Les grandes vacances

Tes voyages en bagnole c’était ta farandole, ton air de jeu, ta liberté, de la Vendée au Marmandais, au pays des Montégut, une merveille.

Ta conduite unique au volant, des occasions au-dessus de l’Argus, de la DS 21 à la 504, de la R16 à la Ford Taunus et j’en passe. La voiture c’était ton dada, muni d’un seul bras costaud, tel un joueur de tennis qui frappe du gauche, tu passais les vitesses sans boite auto, un aventurier de la route, clope au bec, la cendre finissait souvent son chemin sur ta chemise de lin gris cendré.

Sans carrosserie pour te protéger, tu avais la peau trop fine. Un dimanche sur 2 c’était resto Chinois, le canard laqué brillait comme la rosée en pichet.

Tu étais fier de tes 2 fils, les saltimbanques sans métiers, les intermittents du moment, tes enfants terribles.

Il était un père, battre son cœur s’est arrêté à l’aube de l’été 98, dernier métro à Paris, changement Châtelet Les Halles.

Ton rayon de soleil ne m’a jamais quitté, station Pyramides, la terre promise.

Pascal

IMG_2797

À propos de chevigny saint sauveur autrement

Voir tous les articles de chevigny saint sauveur autrement

2 Réponses à “Le dernier métro”

  1. Sibyl Dit :

    Tu m’as donné la chair de poule, les frissons, tu écris si bien ! Tu arrives à partager tes émotions comme certains grands auteurs. D’ailleurs je pense que tu devrais écrire un livre… C’est toujours un plaisir de te lire même si je suis de plus en plus aux abonnés absents face à l’ordinateur… Avec toutes mes amitiés

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus